À la une

WORLD TEACHERS’ DAY: EMPOWERING TEACHERS, BUILDING SUSTAINABLE SOCIETIES WORLD TEACHERS’ DAY: EMPOWERING TEACHERS, BUILDING SUSTAINABLE SOCIETIES
Today, 5th October, World Teachers’ Day, as the global community comes together to support the new 2030 UN Agenda for Sustainable Development Goals (SDGs), FAWE and its network, would like to highlight the crucial role teachers play in achieving…

Les événements
Le message de l’Exécutif

Rompre le silence sur les menstruations des filles

Nous contacter

FAWE Regional Secretariat
FAWE House
Chania Avenue, Off Wood Avenue
Kilimani
PO Box 21394-00505
Ngong Road
Nairobi
Kenya
Telephone: +254 20 387 3131 / 387 3351
Fax: +254 20 3874150
Email:
www.fawe.org


Vendredi, 26 mars 2010

Breaking the Silence 2FAWE Rwanda en liaison avec Rauw (Association des femmes diplômées des universités du Rwanda), NDA (Associés du News bas), SHE (la santé des entreprises durables), Plan Rwanda, a organisé un  événement très original le 26 Mars au' Petit Stade »pour encourager les filles dans la prise en charge de leurs règles à l'école.

Le but de cette manifestation est de sensibiliser la population sur le fait que de nombreuses filles et femmes sont souvent absentes de l'école et du travail dans les pays en développement parce qu'elles n'ont pas la santé, l'hygiène, l'éducation et l'accès (à un prix abordable de haute qualité) à des serviettes hygiéniques. Cette cérémonie a réuni des décideurs, des organisations internationales, des universités, des écoles, des parents et des élèves.

Briser le silence

  1. Ann MUGABO, directrice générale de l'emploi dans le MIFOTRA (Ministère du Travail) et vice-présidente de Rauw a donné son témoignage: «J'ai eu mes premières règles quand j’étais a l'école élémentaire (P6). Une fois à la maison, je ne sais pas pourquoi, mais j’ai porté un gros pull qui m’a brûlé le lendemain. Quand j'ai vu les messages sur cette campagne, je me suis rappelée de ma propre expérience et j’étais préoccupée par la façon dont les petites filles gèreraient cela de nos jours ».
  2. Shirley RANDELL a rompu le silence en donnant son témoignage. «J'avais 11 ans quand j'ai vu mes premières menstruations. J'ai pris mon temps pour laver le tissu de la tenue que je portais au point qu'aucune goutte de sang ne puisse être visible avant de le mettre au soleil ... .... (la honte.). C'était une chose très pénible à ce que je me souvienne. »

Engagments / recommandations

  1. Le ministre de la culture Joseph Habineza, dans son discours a indiqué l’importance de continuer à parler de sujets tels que les règles , considérés comme tabou au sein de la société pour aider à réduire les risques liés a la santé et a l'absentéisme des filles et des femmes. Il a également promis d'aider à sensibiliser dans les écoles, les marchés et dans les églises afin d’aider à la sensibilisation de la population. Il a proposé son aide à la rédaction d'une pétition sur la réduction des coûts serviettes sanitaires.
  2. Le représentant de PLAN RWANDA après avoir expliqué brièvement le programme de son organisation qui comprend l'autonomisation des jeunes, l'éducation des filles et les droits de l'enfant, a affirmé: "nous avons été la recherche de partenaires depuis des années, maintenant nous les avons trouvés en vous».
  3. Donatha GIHANA (FAWE) va promouvoir l'éducation des filles à l'aide des clubs dans les deux TUSEME Gisozi et Gahini FAWE CoE.
  4. Un des participants a suggéré à tous les participants de prendre une action dans un quartier pauvre en achetant des serviettes hygiéniques pour les filles qui en ont besoin avant la collecte de plus de fonds pour des actions plus grandes.
  5. Le sénateur Umulisa Henriette a encouragé l'auditoire à continuer à échanger sur les problèmes tel que celui ci, de manière a ce qu'elle puisse rendre compte et faire du plaidoyer au niveau du parlement d’où les lois sont émises sur les préoccupations de la population.
  6. Aline MUKABALISA IRAMBONA la représentante du Conseil national des femmes a encouragé l'auditoire à rompre le silence dans les familles respectives et a promis que son institution continuera à faire du plaidoyer.
  7. Angélique Dusabe, commissaire de l’Autorité Rwandais des Revenues (RRA) a dit que les serviettes hygiéniques peuvent coûter environ 300 Frw si les impôts sont supprimés. Elle a rappelé que la décision de supprimer les taxes vient de hauts dirigeants.
  8. Mary SANO du DFID a dit qu'elle allait faire le compte rendu à son conseiller en développement social et voir ce que leur organisation peut faire pour la campagne.
  9. Sidonie UWIMPUHWE du CNLS a suggéré de faire une campagne de 2 $ / mois afin de recueillir suffisamment de serviettes pour les plus pauvres filles.
  10. Patrick MICO du bureau de surveillance a proposé de sensibiliser les chefs de familles (pères) à prendre cette question comme la leur et ne pas laissez  la responsabilité sur la mère seule.
  11. Rajouter des serviettes hygiéniques au paquet donné aux enfants OEV (pour les organisations qui travaillent avec eux).
  12. Programmer une journée d’évaluation avec tous les organismes concernés pour apprécier le résultat des activités menées.

BATTONS NOUS POUR QUE LES FILLES SOIENT A L’AISE A LECOLE

Veuillez consulter le site www.fawe.org pour des mises à jour régulières.

 Top

 Back to previous page

Status

Loading.Please wait...