Estella Bangura, Sierra Leone

Nous contacter

FAWE Regional Secretariat
FAWE House
Chania Avenue, Off Wood Avenue
Kilimani
PO Box 21394-00505
Ngong Road
Nairobi
Kenya
Telephone: +254 20 387 3131 / 387 3351
Fax: +254 20 3874150
Email:
www.fawe.org

Estelle and daughterPendant ma dernière année de lycée je suis tombée enceinte.  Mon père m’a chassée de la maison et mon petit ami m’a abandonnée. Seule ma mère m’a soutenue pendant ces longs mois. Elle a du lutter pour trouver de quoi nous nourrir, ma petite fille et moi. Alors j’ai décidé que j’allais tout faire pour reprendre mes études…


Je m’appelle Estella Bangura. J’ai 24 ans. Je suis née dans un petit village au nord de la Sierra Leone.  Nous sommes une famille de huit enfants. C’est parce que mon père a trois épouses, ce qui est courant dans cette partie du pays. Je suis la dernière des trois enfants de ma mère. Mon père m’a toujours appelée son  ‘enfant porte-bonheur’ parce qu’il a trouvé un emploi stable d’agent de sécurité juste après ma naissance.  C’est pour cette raison qu’il a été content de  m’envoyer à l’école quand j’ai été en âge d’être scolarisée. J’étais la première fille de la famille, y compris parmi les mères, a  être scolarisée.

Après l’école primaire, j’ai effectué mes études secondaires au lycée. Malheureusement, pendant ma dernière année de lycée, en 2007, je suis tombée enceinte.  Mon père a été extrêmement déçu, il avait été chercher un dossier d’inscription à remplir pour une école d’infirmières. A cause de cela, il m’a chassée de la maison. Pour empirer les choses, mon petit ami m’a abandonnée. Seule ma mère m’a soutenue pendant ces longs mois. Elle a du lutter pour trouver de quoi nous nourrir, ma petite fille et moi. Quand j’ai sevré ma fille après l’avoir nourrie pendant deux ans, j’ai décidé que j’allais tout faire pour reprendre mes études.

Heureusement pour moi,  à cette époque, des amis m’ont parlé du programme du FAWE et de DANIDA. Je voulais tellement faire quelque chose que le thème de la formation proposée n’avait aucune d’importance. Tout ce qui m’importait à ce moment-là, dans ma situation désespérée, c’était d’étudier n’importe quoi pour pouvoir assurer mon avenir. J’étais prête à faire beaucoup et à me consacrer à mon travail pour prouver au monde que je n’étais pas une personne inutile.

Estella Bangura au travailEstella Bangura au travailJ’ai eu la chance d’être sélectionnée et j’ai intégré le SLOIC [Sierra Leone Opportunity Industrialization Centre ou Centre pour les opportunités d’industrialisation en Sierra Leone] à Makeni, dans la Province du nord, pour étudier l’électricité. C’était une discipline totalement nouvelle pour moi, même si j’avais été initiée aux sciences quand j’étais à l’école. Dans notre classe, il y avait quatorze filles pour plus de trente-quatre garçons. Au début, les garçons se moquaient de nous parce que nous avions toujours peur des chocs électriques et que faisions tout pour les éviter. Au fil des mois, je me suis liée d’amitié avec certains des garçons et nous avons étudié ensemble.  Quand j’ai découvert qu’ils s’organisaient entre eux et constituaient des groupes pour travailler en tant qu’apprentis, j’ai pensé à ma situation financière, je leur ai demandé de me laisser les accompagner et ils ont commencé à  m’amener avec eux sur les sites de leurs emplois à temps partiel. J’ai pu acquérir de l’expérience pratique à travers ces contrats d’apprentissage.

En Sierra Leone, les gens prennent conscience de l'égalité des chances entre les deux sexes sur le lieu de travail. Alors, le conseiller local de la région a contacté la société Addax Bioenergy  sur les possibilités d’emploi pour les jeunes femmes. A cette époque, ils avaient un besoin urgent d’électriciens. L’entreprise a accepté d’employer des femmes, mais uniquement si elles répondaient  à leurs critères professionnels d’embauche. Le conseiller a contacté SLOIC et trois filles ont été recommandées. J’ai été la seule à être acceptée après l’entretien d’embauche. Je travaille maintenant ici depuis quatre mois. J’ai de la chance d’être employée par une entreprise aussi réputée qu’Addax Bioenergy  et je suis leur seul électricien femme.
 
Estella Bangura (milieu) et ses collèguesEstella Bangura (milieu) et ses collèguesJ’ai traversé beaucoup de difficultés mais je remercie  Dieu de m’avoir soutenue. Elever un enfant et étudier en même temps n’a pas été facile. J’ai consacré mon temps et mes efforts à mes études pendant un an, et aujourd’hui, je suis fière de pouvoir dire que je suis autonome et que je subviens à mes propres besoins. 

Je suis si reconnaissante au FAWE et à DANIDA de m’avoir offert une deuxième chance dans la vie. Avec l’argent que je gagne, je m’occupe comme il se doit et mieux de ma fille, je soutiens ma mère qui en mauvaise santé et j’aide même mon père. Ma fille va commencer l’école maternelle dans quelques mois. En ce moment, ma mère et elle vivent chez ma tante et je loge dans les locaux de l’entreprise sur les différents sites, mais j’espère pouvoir louer mon propre logement à l’avenir. Je prie vraiment pour avoir la possibilité de poursuivre mes études.

 Top

 Back to previous page