Grace : La Survivante qui se bat

Nous contacter

FAWE Regional Secretariat
FAWE House
Chania Avenue, Off Wood Avenue
Kilimani
PO Box 21394-00505
Ngong Road
Nairobi
Kenya
Telephone: +254 20 387 3131 / 387 3351
Fax: +254 20 3874150
Email:
www.fawe.org

Grace Nanyonga‘’Je n’étais qu’une enfant quand mes parents sont décédés laissant sept enfants dans un monde très difficile’’, dit une très jolie femme d’affaires de 26 ans, très bien mise, assise dans la salle de Conférence à la 8ème réunion du Consortium des Donateurs du FAWE à Kampala en Ouganda.

‘’ j’ai fait toutes sortes de petits boulots pour pouvoir continuer à aller à l’école et pour trouver de la nourriture pour mes frères et sœurs et moi-même au moins une fois par jour’’.

Grace Nangyonga est l’une des nombreuses filles que le FAWE a orienté et soutenu financièrement à poursuivre leurs études contre vents et marées.

Grace a été amenée au FAWE par l’honorable Ruth Karuma, alors Présidente de FAWE Ouganda (FAWEU), qui avait lu un article sur elle, vendeuse de poulets, dans un journal local. ‘FAWE est devenu ma seule famille a partir de ce jour la. Ils m’ont guidé, payé mes frais de scolarité, et soutenu régulièrement…

Je savais que j’avais été bénite par Dieu’’. Les frais de scolarité de Grace ont été payés grâce à l’appui de donateurs individuels et du HCR à travers FAWE Ouganda. 2398 autres filles et 50 garçons ont été également soutenus à travers le FAWEU. Ils ont chacun une histoire différente ; histoires qui montrent clairement qu’il y a de l’espoir pour chaque fille en Afrique de recevoir une éducation et d’être indépendante.

‘’J’ai commencé à vendre des poulets à l’âge de 8 ans pour gagner du pain pour faire vivre mes six frères et sœurs et moi-même. On se moquait de moi en m’appelant ‘’Poule’’ à l’école parce qu’ils savaient tous que je vendais des poulets après l’école ; ça ne me faisait rien parce que je savais que j’étais orpheline, ayant à charge six frères et sœurs et j’avais besoin de travailler pour survivre’’. Quand Grace est entrée au deuxième degré du secondaire, il lui était devenu très difficile de payer ses frais de scolarité et elle en était désespérée car elle voulait tellement poursuivre ses études. Le FAWE est demeuré à ses côtés tout le temps.

‘’Aujourd’hui j’ai mon diplôme universitaire en Sciences de l’Information ; je travaille pour Theta comme Chargée de l’Information. Je suis propriétaire d’une entreprise de fumage de poissons qui marche bien jusque là. Je m’occupe de mes cinq frères et sœurs qui vont tous à l’école. Mon rêve est de voir mon entreprise grandir, de me marier et de continuer à aider d’autres filles qui vivent la même situation que j’ai vécue… des filles qui pensent qu’il n’y a pas d’espoir pour elles dans ce monde…, qui sont Chefs de famille à très bas âge… J’aimerais les aider à croire qu’elles peuvent y arriver tout comme j’y suis arrivée’’.

Le programme qui a permis au FAWE de payer les études de Grace était financé par  le Programme de Bourses d’Etudes pour Filles Ambassadeurs. Jusqu’ici 9 filles et 1 garçon sont financés par ce programme là.

Toujours est-il que malgré le travail du FAWE et l’assistance de plusieurs donateurs dont les Pays-Bas, l’Agence Norvégienne pour le Développement, Ministère Danois des Affaires Etrangères, la Fondation Ford, la Banque Mondiale, la Finlande, UNICEF ESCARO, USAID, UNESCO, le Canada à travers l’ACDI, l’Irlande et certains donateurs particuliers, il y a encore beaucoup à faire pour que toutes les filles Africaines soient inscrites à l’école et suivent un cycle complet. Le FAWE a encore besoin du soutien de divers partenaires financiers pour aider plus de filles dans les 33 pays où il a des antennes nationales. Ensemble, nous pouvons donner de l’espoir à de nombreuses filles Africaines en besoin d’éducation et de direction, juste un petit coup de pouce pour aller plus loin, pour faire plus de ‘’Grace’’ partout en Afrique.

‘’Je suis si fière de qui je suis aujourd’hui que je veux transférer un peu de cela à d’autres filles dans mon pays et au-delà… Nous avons une association de filles qui ont bénéficié de ce programme, nous essayons de nous organiser et de sensibiliser les filles à travers différentes activités. Aujourd’hui, nous avons été encouragées par la Directrice Exécutive du FAWE Dr. Codou Diaw à aller même plus loin et à nous lier à d’autres bénéficiaires du FAWE dans d’autres pays’’.

Oui, il y a de l’espoir pour les filles Africaines d’être pleinement éduquées et OUI nous pouvons le faire !!!!

Chargé de la Communication

FAWE Nairobi

 Top

 Back to previous page